Liège : le festival « Les Ardentes » est-il raciste ?

Les 7, 8, 9 et 10 juillet se déroulera le célèbre festival musical liégeois « Les Ardentes ». Le jeune festival d’abord électro-rock est rapidement devenu une vitrine rap et hip hop pour plaire à la population qui n’écoute que des genres de musique en P car ils aiment la pêche de la consonne, ils bégayent : » p-p-p- papa ne me tape pas ! ». Les organisateurs ont vite compris que plus ils programmaient des musiciens foncés et plus la musique était débile, plus le public gonflait, plus les muqueuses se congestionnaient, plus les gonocoques et les virions hiv proliféraient.

PANEM ET CIRCENCES ! C’est pour le passé ça, quand on mourrait à 22 ans à cause du manque d’hygiène, quand on n’avait pas encore inventé la chiotte à eau potable, quelle bande de débiles ces Romains ! Heureusement aujourd’hui on peut aller sur la lune depuis 50 ans la preuve c’est qu’on n’y retourne plus jamais, alors forcément vu que tout le monde est un génie technologique qui a inventé le moteur à anti gravité on écoute de la musique brune qui dit « ouga bouga nik la polis jador le canne à bisse ! ». Mozart lui ne faisait que des blagues sur le caca, clairement un débile profond. Chaque jour je vais au Delhaize m’asseoir par terre et écouter des musiques renversantes aux paroles bouleversantes qui feraient passer Saint Ex pour un trépané entrecoupées de messages d’ordres gouvernementaux qui me disent combien de centimètres je dois laisser entre moi et mon caddie. Amor fati qu’il disait !

Abrégeons les digressions. L’article d’aujourd’hui sera plutôt long et surtout visuel.
Analysons tout d’abord les têtes d’affiche du festival local du terroir :

Voyez-vous un pattern se dessiner ?

Les gastronomes comprendront

On peut clairement voir que le festival des ardentes est un réalité une énième flatulence du patriarcat misogyne. En effet, un.e seul.e de ces artistes est féminin.e ! Clairement une honte ! Rappelez-vous aussi l’homophobie ostentatoire du groupe sexion d’assaut. Un véritable contraste avec les valeurs liégeoises, Liège ayant organisé une trans pride et ayant aussi ornementé tous les bâtiments publics de drapeaux gays. Je condamne fermement l’homophobie du festival des ardentes.

En bas de la page d’accueil du site se trouve une superbe vidéo promotionnelle du festival, tournée par mr.e Cyprien.ne Délire et mr Andy Mutanga ! Les linguistes anthropologues savent !! Analysons donc cette vidéo digne de la meilleure propagande hollywoodienne à l’aide de ses messages subliminaux, ses associations de plans utilisant à la perfection l’effet Koulechov afin de vous donner envie de poser votre joue contre des gros glands qui sentent la savane <3.

Le film s’ouvre sur quelques plans stroboscopiques de la foule en délire, rien de significatif, un concert de base. Ensuite les réalisateurs montrent leur premier gros plan, le premier plan qui introduit réellement un sujet, un personnage avec lequel empathiser, auquel s’identifier…

On dirait que l’image est sous exposée… C’est certainement à cause des effets de lumière, pas facile de se calibrer quand tout change autant et si vite..

Le titre, les artistes, la contre plongée, la coolitude… Tout y est.

Voici le premier personnage qui prend la parole, sa voix off accompagne le début de la vidéo : « tu commense à entendwe le son dan ton oweillet, le son dla foul ki gwosi ki geul fow.. » Molière !
Nous verrons tout au long de la vidéo encore une fois un pattern se dessiner par rapport aux gens qui s’expriment dans cette vidéo. Une certaine catégorie anthropologique semble ne pas avoir droit à la parole, nous verrons plus tard si une conclusion semble se dessiner…

Oula, des gros plans sur les yeux ! Pour l’empathie ! Les émotions ! Je me demande si une certaine autre classe socio anthropologique aura droit à des très gros plans sur les yeux…

Quelques plans sur les artistes, le point de vue de l’idole… Ensuite la «  »musique » » commence et les réalisateur.e.s commencent à montrer la scène, la foule..

Bon ça devient lourd mais c’est comme ça que s’enchaînent les plans ! Il faut attendre plus de 50 secondes pour qu’une personne (un peu) moins basanée apparaisse à l’écran comme sujet, et c’est dans un rôle qui vous surprendra !

Et ça continue…. Pour vous ça va vite, vous scrollez en quelques secondes mais moi j’ai tout regardé image par image, fait 9999 captures d’écran et tout uploadé ici, mettez-vous donc à ma place…

On commence à introduire après une minute de vidéo quelques personnes « locales »…

… En train de lapdancer un Sénégalais vendeur de cigarettes !… Regardez bien cette image, imprégnez vous de son énergie, imaginez les sons, les cucks blancs qui crient ouga bouga en sautant sur de la musique primitive pendant qu’ils regardent leur soeur se frotter la vulve sur une cuisse en chocolat… Imaginez les bander tellement l’humiliation les excite.

Vous comprenez maintenant que la blanche dans cette vidéo servira exclusivement de faire valoir sexuel, de réceptacle à sève d’ébène, de PAN magistrale, de soupe de mst tropicales…

On voit ici l’apparition de l’effet Koulechov, qui consiste en une association chronologique, à la suite, de plans, qui, associés les uns aux autres, prennent une signification toute particulière qu’ils n’auraient pas pu véhiculer seuls. On vient donc de voir une bande de Liégeoises un peu chaudes n’est-ce pas.. Ensuite, arrive ce plan de l’artiste vraisemblablement marin qui excite la foute en délire, et juste après, ce plan apparaît :

Un soutar ! Jeté aux pieds de l’idole ! Et vous voyez qu’il porte les mêmes chaussures, il s’agit bien du même gars. C’est alors un simple montage dans la continuité et pas 100% de l’effet Koulechov, l’exemple reste toutefois plus ou moins pertinent.

On repart sur quelques plans de la faune locale. Notez qu’il s’agit ici de la deuxième personne qui s’exprime verbalement durant la vidéo. Vous remarquez le pattern ? Il n’y a pas réellement de narration, de début de milieu ou de fin dans cette vidéo. C’est du sensationnalisme, il ne faut pas trop en demander aux réalisateurs et aux producteurs qui ne sont que le produit de leur époque, c’est à dire des dysgéniques infra animaux.

Par honnêteté journalistique je suis obligé de vous présenter l’intrus de la bande ! Eminem en personne !

Retour de la protagoniste claire, qui ici n’est pas reléchée par un subsaharien mais par une racaille au cou tatoué qui porte une fausse montre en or volée ainsi qu’un survet de méga mauvais goût ornementé de bretelles de salopette en jean. On imagine le QI du mec, probablement un assistant qui donne cours de chirurgie aux vétérinaires en formation.

Maintenant on va observer le réel effet Koulechov, constatez plutôt :

Plan 1 ^

Plan 2 ^
Et c’est pas tout ! Depuis que la racaille tatouée lèche sa copine blanche, une musique extra diégétique voit un crâne prognathe entonner les paroles suivantes : « j’les baiz puis je m’bar, jtourne 7 foi ma lang dan sa bouch ». Le réalisateur semble clairement vouloir associer l’homme couleur terre à la femme couleur paradis.. Et les plans de femmes blanches continuent à s’enchainer alors que l’homme de la terre exprime sa lubricité perverse..

Des nichons blancs ! C’est parti !… Et je n’ai toujours pas vu d’homme blanc moi, incroyable..

La tirade libidineuse se termine sur un plan de femmes blanches embrassant la culture tropicale grâce à leurs tresses venues d’ailleurs. Les réalisateurs sont pas si bêtes que ça, des vrais vicieux !

On repart sur un bel effet Koulechov avec ce monsieur qui enduit son corps musclé de mousse, miam, maim !

Et voilà le plan qui suit, faut le faire quand même ! SLUUUUUUUURP ! SPLACH ! Eclabousse mon visage avec ta « marronman bathwater » !

Mmmmmh, l’eau mêlée de sueur parfumée d’épices ruissèle sur ma peau blanche et nue

Chic ! Encore des nichons blancs ! Je me demande quel public ils cherchent à attirer..

On donne à nouveau la parole à quelques individus dans une petite interview. Vous pouvez voir encore une fois qu’il s’agit d’un certain type de personnes..

Des représentants du public universitaire liégeois

Et ça continue, des gens riches… patati patata… Y’a vraiment trop de plans dans ce film, je vais un peu abréger même si c’est loin d’être fini..

Voilà bien le seul homme blanc qui a droit à son plan pour lui tout seul, et comme par hasard il est gay !

Encore avec la belle amitié franco-brunienne..

J’ai comme l’impression que les réalisateurs tentent de me dire quelque chose…..

J’abrège, c’est mille fois trop long. Voici donc les images que les réalisateurs associent à l’écran titre qui apparaît au milieu de la vidéo. Je vous laisse interpréter..

Bon hé la femme, t’as pas envie d’un peu montrer l’exemple ? D’inspirer les petits enfants ? Je pensais que tu voulais pas qu’on te sexualise… Alors évite de mettre ton anus fumeux sur mon pif pendant que je bosse svp..

Encore un cul blanc décidément.. Cours de proctologie surprise. C’est pornhub ou bien c’est un évènement social et convivial ? On reconnaît vos têtes hein, on peut vous croiser dans la rue le lendemain c’est pas impossible.. Bon, surtout ne pas les traiter comme des objets, c’est ce qu’elles demandent. J’ai bien envie d’avoir une conversation avec elles là tout de suite..

Des nichons, des faux ongles, une clope, tout y est. Où puis-je acheter mon ticket ? Ah, il paraît que c’est complet.. On fera comme au stade de France alors, on se servira. On échangera une promesse de non coup de machette contre un ticket gratuit. Faut bien s’adapter à la culture du festival hein !

AH, ENFIN UN HOMME BLANC ! Depuis le temps qu’on attend d’en voir un avec ses cheveux frisés, son nez épaté, son museau prognathe… Attendez une minute ??

Tiens celui là il explose même symboliquement la tête du spectateur..

J’uploade jusqu’à ce que le pattern se dessine, j’ai le temps toute façon je suis au téléphone à attendre que le service public fédéral des finances me réponde.

La beauté des danses traditionnelles liégeoises..

Même les geeks on des physionomies de champions et des cicatrices chéloïdes. Observez la longueur des membres, une technique d’anatomiste pour évaluer mélaniquement les gens de dos quand ils portent des capuches. Je ne me trompe plus jamais.

En voilà un qui ensperme métaphoriquement la foule avec sa flotte.. Je n’ai pas entendu les écolos se plaindre que cette idole gaspillait l’eau alors que ses compatriotes meurent de soif au bercail. Et devinez à quoi ressemble le plan qui suit.

C’est vraiment inattendu ça !

En voilà un perché dans son arbre dominant le parterre de blancs qui l’adulent et se trémoussent quand il dit pute et boum boum.

Celle là me rappelle un film..

Oh bin vous savez, il faut ce qu’il faut.. Ça serait pas drôle si on n’alimentait pas les théories du complot avec des écrans géants sur lesquels on projette des têtes wakandaises dans des festivals hors Wakanda sur de la musique a priori non wakandaise.

Avec des paillettes, des flashs, l’idolâtrie n’a plus de limites pour les nouveaux dieux des zoomers.

Encore une, même pire que les autres. Mais notez la longueur des segments du membre supérieur de l’individu de gauche, notez la consistance du pannicule adipeux, notez le teint hâlé. Hé oui, c’en est une !

Viens Moussaka, rejoins moi au festival des ardentes et tu pourras lorgner sur mes nénés, et peut-être même que si tu es assez insensible aux coups de soleil, je te laisserai me dilater le bas ventre avec ton appendice érectile pour étirer les cicatrices de mon hystérectomie. Quelle belle physionomie !

Encore de l’effet Koulechov, interprétez vous-mêmes.

Plan 1 ^

Plan 2 ^

Plan 3 ^

Et évidemment on termine en beauté sur un délicieux baiser inter racial comme aveu ultime qui conclut la vidéo, hé ouais, étonnement cette vidéo n’était pas un documentaire sur un festival de chanson française. Hé non, c’était une pub pour le grand métissage. Un pub pour le nouveau set de lego designé par Macron en personne avec deux pièces : la fesse de Julie et la main d’Aboubacar.

Et ça c’est le plan de réaction, le contre champ qui montre l’exaltation des jeunes femmes. La jubilation face au baiser intercontinental, face à la perspective d’un bébé café au lait qui volera les devoirs de Julien le dernier blanc de l’école.

Et on clôture la vidéo sur ce plan du mâle alpha qui se repose après avoir fait mouiller toutes les filles de Bernard et Gisèle, qui garde ses lunettes de soleil à l’intérieur parce qu’il est trop cool pour nous montrer sa sclérotique toute jaune.

Quel aplaventrisme, quelle métissolâtrerie, quelle idolâtrie.. Tout y est.
Véritablement, cette vidéo est collector et nous renseigne sur la volonté des grandes puissances décisionnaires du pays. S’ils avaient explicitement voulu organiser un festival plus africain ils n’auraient pas réussi.
Je ne sais pas quel pourcentage de la population constituent les sub sahariens en Belgique parce que les statistiques ethniques sont illégales mais j’ai quand même l’impression que proportionnellement y en a un peu trop dans la vidéo. Comme s’il y avait eu une volonté particulière du monteur ou du producteur. Mais ça serait une théorie du complot évidemment.

Je félicite néanmoins les organisateurs du festival d’organiser un tel événement. Pendant que le festival fera fureur je déambulerai dans la ville éclaircie par la remigration saisonnière des Marocains et par le déplacement des autres ainsi que des pan vers le festival. Il ne restera plus que moi et les gens qui emmerdent le rap.

Qu’est-ce qui est vraiment ardent ? Est-ce la cité ? Est-ce la terre du Kenya sous les rayons du Soleil de l’Equateur ? Est-ce la même chose ? Je vous laisse y réfléchir.

PS : La page wikipédia des ardentes est la première dans laquelle je découvre une faute de grammaire. Ce qui confirme que même si le public des ardentes diverge par sa couleur, par son embonpoint, par ses codes vestimentaires, tous partagent un quotient intellectuel inférieur à 100.

Source : LESARDENTES.BE, WIKIPEDIA, YOUTUBE

Une réflexion sur “Liège : le festival « Les Ardentes » est-il raciste ?

  • 05/07/2022 à 15:13
    Permalien

    Faîtes comme moi écoutez du Métal pur et dur pas les Scorpions et autres groupes pour communiants boutonneux. Du Black Métal et vous verrez que ce genre musical est tré apprécié en Pologne, Ukraine, Russie, Grèce et même France. Vu les nombreux groupes qui existent.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.