Charleroi : le Guinéen Boubacar crache sur une accompagnatrice de train avant de la frapper et obtient un sursis

Le 23 janvier 2021, une accompagnatrice de train a été violemment prise à parti par le Guinéen Boubacar et ses amis qui cherchent tant bien que mal à s’intégrer en Belgique.

La jeune femme fut agressée une première fois à hauteur de Nivelles lorsqu’elle demanda à Boubacar et sa bande de demeurés de bien vouloir cesser de fumer du cannabis à l’intérieur du train : la réaction de ces jeunes qui connaissent Victor Hugo sur le bout des doigts fut de cracher à la gueule de la victime ─ pas très covid-friendly.

De peur, la fonctionnaire s’enferma dans un compartiment à clé pour la suite du voyage.

C’est arrivée à la gare de Charleroi Sud que l’agression reprit. Les trois individus coururent dans sa direction ; la victime remonta dans le train pour se réfugier dans un compartiment sécurisé mais elle fut rattrapée avant de pouvoir l’atteindre et fut rouée de coups. « J’ai hurlé de peur et de douleur en m’effondrant sur le sol », narre-t-elle, en décrivant Boubacar comme étant son agresseur.

Devant le tribunal correctionnel de Charleroi, le Guinéen nia les faits en bloc mais pas de bol pour lui : il fut rapidement identifié par les caméras de surveillance de la gare. Sa condamnation sera in fine symbolique puisque ce métèque à bas QI qui fume dans les trains et crache sur les fonctionnaires de l’État écopera d’une peine de quinze mois d’emprisonnement et d’une amende avec sursis… en termes clairs : aucune réelle sentence pour ce porc qui est aujourd’hui libre comme l’air.

Source : SudInfo

Une réflexion sur “Charleroi : le Guinéen Boubacar crache sur une accompagnatrice de train avant de la frapper et obtient un sursis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.