Bruxelles : une centaine de fanatiques de Greta Thunberg manifestent pour le climat

Dans l’après-midi de dimanche et sur une initiative de « Rise For Climate Belgium », une centaine de fanatiques de la femme-patate Greta Thunberg se sont rassemblés devant la gare centrale à Bruxelles afin de manifester leur soutien aux victimes des inondations de cet été.

Le problème, c’est que ces marxistes de la dernière heure récupèrent politiquement un événement certes dramatique mais qui ne présente toutefois rien d’exceptionnel dans la mesure où des inondations d’une ampleur semblable à ce que nous avons vécu en juillet surviennent à intervalles réguliers ─ tel était déjà le cas avant que l’explosion démographique et la révolution industrielle n’aient lieu en Europe de l’ouest.

La catastrophe de juillet trouve son origine dans un double facteur :

  • L’artificialisation de sols gorgés d’eau empêchant l’absorption des pluies ;
  • Une gestion défaillante du barrage d’Eupen qui n’a pas été vidé sur base des prédictions de l’IRM

Mais au même titre que les antiracistes voient le prisme de la race dans toutes les sphères de la société, les obsédés de la question climatique voient l’influence des gaz à effet de serre absolument partout ─ et surtout là où ils ne se trouvent pas.

Sur base du modèle suédois, les manifestant de dimanche ont trouvé une porte-parole pour faire valoir leurs convictions alarmistes : une gamine de huit ans.

Cette petite fille n’est évidemment pas à blâmer. En revanche, j’accuse ses tuteurs légaux d’agir de façon criminelle lorsqu’ils mettent en avant un enfant endoctriné aux thèses folles des collapsologues ; cerveau reformaté et jetée en pâture devant une foule de boomers écologistes qui ont sans doute voté PTB durant toute leur vie, j’espère sincèrement qu’elle finira par sortir de cette méphistophélique spirale en grandissant.

Au risque de vous choquer, je vais me permettre une assertion fulgurante : il n’existe pas de problème de dérèglement climatique. Du moins pas au sens où l’entendent les boomers et les collapsologues.

Le seul problème d’ampleur mondiale est l’explosion démographique qui a fait passer la population humaine de un à sept milliards d’habitants en l’espace d’un siècle ; six milliards d’être supplémentaires qui consomment énergie, nourriture, qu’il faut loger, soigner et qui bouleversent la géopolitique mondiale.

Tout part de là. Résolvez le problème de la surpopulation mondiale et les thèses des collapsologues s’effondrent comme un château de cartes.

Résoudre ce problème passe toutefois par la mise en place d’une politique eugéniste à grande échelle qui serait contraire aux Conventions de Genève et à la Déclaration universelle des Droits de l’Homme.

J’invite ainsi chacun d’entre vous à prendre connaissance des thèses du professeur Alexis Carrel pour améliorer votre compréhension du monde et de l’anthropologie humaine.

Un jour viendra où nous devrons nous souvenir de ses enseignements.

Source : RTBF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.