Wallonie : 51% des étrangers extra-Européens ne foutent rien de leurs journées

C’est une étude menée par des chercheurs de l’UGent qui a révélé l’information cette semaine : en Wallonie, 51.3% des étrangers non-Européens ne sont ni à l’emploi, ni à la recherche d’un emploi. Ils vivent donc soit du travail au noir, de la vente de drogue ou encore des aides sociales payées par les travailleurs belges.

Ce comportement est la définition exacte du parasitisme, tel que décrit par le Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales :

« Personne qui vit, prospère aux dépens d’une autre personne ou d’un groupe de personnes ».

Nous pouvons donc affirmer sans craindre la répression judiciaire que la majorité des extra-Européens vivant en Wallonie sont des parasites. C’est bien. Nous avançons.

Ce taux est toutefois contrasté dans les régions de Bruxelles (43.1%) et de Flandres (41.1%). Peut-être ces régions attirent-elles davantage les asiatiques de l’est à haut QI ? Mystère et boule de gomme ; de mon côté, je continuerai à me méfier de ces statistiques qui, privées de leur dimension ethnique, n’ont en réalité que peu de valeur.

Source : LeSoir

2 réflexions sur “Wallonie : 51% des étrangers extra-Européens ne foutent rien de leurs journées

  • 26/05/2022 à 13:56
    Permalien

    Dans ces 51% d’étrangers extra-Européens on ne parle pas de ceux qui ont reçu la nationalité Belge après quelques années et qui parasitent aussi, donc le pourcentage est bien plus élevé…..

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *