« Vaccin contre indiqué ? Allez vous faire ̶e̶n̶c̶u̶l̶e̶r̶ inoculer ! » Les mots forts de Franck Vandenbroucke

Dans la seringue il y a de la vaseline et du sildénafil.

Adrien et Myriam sont deux habitants de Belgique descendant d’ancêtres sélectionnés par diverses pandémies cataclysmiques de peste noire, de peste pulmonaire, de tuberculose ou encore de dysenterie, ajoutez à ça un nombre incalculable de guerres, toujours plus infernales, toujours plus bouchères. Il en résulte quelques individus au système immunitaire s’apparentant à un Panzer VI, c’est à dire que dans le doute il explose tout : le covid, le pollen, les crottes d’acariens et parfois aussi lui-même parce que qui pourrait couler le Bismarck à part le Bismarck ?

Imaginez alors la réaction de Myriam et Adrien à l’étonnante mixture Pfizer qui colle à la porte du frigo. Sans surprise, la réaction était plutôt dégueulasse. C’est pourquoi les médecins de nos deux compatriotes leur ont recommandé d’éviter la deuxième dose, parce qu’ils savent que le covid n’a aucune chance face à des Panzer, mais que l’immonde bile transgénique pourrait bien transformer le corps de nos deux amis en Koursk, ce qui serait regrettable.

Mais voilà, Myriam et Adrien ont besoin de leur deuxième dose pour ne pas finir au cachot. En effet, les études ont bien montré que la deuxième dose permettait de doubler les bénéfices de monsieur Albert Bourla.

Albert Bourla votre pédéjé préféré.

C’est à ce moment qu’intervient Franck Vandenbroucke, professeur titulaire d’immunologie à Harvard spécialisé dans le traitement des déficits génétiques du complément.

Après de nombreuses heures à parcourir ses grimoires annotés durant ses longues décennies d’études, monsieur Vanderbroucke, qui pense qu’un mastocyte est une race de chien, a décrété que toutes les contre indications reconnues dans tous les autres pays de la galaxie ne seraient pas prises en compte en Belgique parce que le Belge est une race supérieure qui ne connaît pas la maladie. C’est vrai que la Pandore belge n’a pas pu se rendre à la commune chercher son autorisation en 4 exemplaires à renvoyer au gouverneur de la province pour ouvrir sa boîte à calamités parce qu’il y avait grève des bus ce jour là.

Il y a toujours des solutions, il faut voir le bon côté des choses. Si vous êtes allergique au vaccin pfizer, vous pourrez faire l’astrazeneca qui donne des thromboses. Vous êtes trop jeune ? Et bien allez le faire à l’hôpital, comme ça le stagiaire qui a dormi 4 heures en deux semaines et qui ne connaît rien à la science parce qu’on a raccourci ses études d’une année entière essayera d’enlever le caillot de votre polygone de Willis avec ses doigts parce qu’il n’y a plus de médicaments vu qu’ils n’ont pas été livrés par la Chine. Parlons-en de la Chine. Que faire si on est allergique au vaccin pfizer mais pas au vaccin sinopharm ? Facile ! On fait le vaccin pfizer parce que la science a prouvé en 2020 que tous les vaccins à virus atténué qu’on administrait depuis des dizaines d’années étaient en fait inefficaces. J’adore la science.

Concrètement, que dit la ministre wallonne de la santé ? Qu’il n’y a pas de contre indication à la vaccination en Belgique (alors que c’est le cas dans les autres pays, étonnant que la science change d’un pays à l’autre) sauf pour une seule maladie rare, auquel cas nous serons invités à faire un vaccin à adénovirus astrazeneca (il faut bien trouver un moyen d’écouler les stocks).

En cas de possible choc anaphylactique, il suffit d’aller en hôpital où le stagiaire de service pourra vous injecter plein d’adrénaline, parce que c’est le bonheur de mourir trois fois par an pour éviter d’avoir la goutte au nez.

Et puis pourquoi se plaindre ? Si vous ne voulez pas vous vacciner parce que le vaccin vous a déjà amputé des deux jambes, et bien on vous permet de faire un test rtPCR gratuit, ça ne coûte rien à part deux heures de route pour aller à l’hosto, se faire contaminer sur place par tous les symptomatiques et aussi se faire violer le pif par une infirmière libanaise qui remplace Sandrine qui a été virée parce que non vaccinée.

Oui, vous l’aviez oublié avec toute cette poudre aux yeux, mais Franck Vandenbroucke a demandé à ce que le vaccin soit obligatoire pour les soignants. Imaginons que vous êtes une infirmière gravement allergique au vaccin, et bien malgré votre droit à avoir un test rtPCR gratuit par jour pour aller au Cora, vous ne pourrez quand même pas travailler, car pour être soignant, être négatif et stérile n’est pas suffisant, porter un scaphandre NRBC non plus, il faut vous faire vacciner, sinon vous serez congédié sans salaire, privé de chômage et traité de sale nazi par toute la ville.

Heureusement, vous pourrez aller vous injecter le vaccin russe krokodil vous_même à la place saint Lambert comme le font tous ces citoyens consciencieux avant de s’endormir paisiblement, satisfait de leur devoir social accompli.

Source : RTL

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.