Une pratique africaine consistant à «repasser» la poitrine d’une fille avec une pierre chaude pour retarder la formation des seins se répand au Royaume-Uni

Les défenseurs de cette pratique considèrent que c’est une mesure traditionnelle pour éviter l’attention masculine non désirée.

Des rerésentants communautaires de Londres, du Yorkshire, d’Essex et des West Midlands ont signalé des cas dans lesquels des préadolescentes de la diaspora de plusieurs pays africains sont soumises à une pratique douloureuse, abusive et finalement futile.

Margaret Nyuydzewira, dirigeante du groupe de la diaspora de la Came Women and Girls Development Organisation (Cawogido), a estimé qu’au moins 1 000 femmes et filles au Royaume-Uni avaient été soumises à cette intervention. Il n’y a eu ni étude systématique ni exercice formel de collecte de données.

Une autre militante communautaire, a déclaré qu’elle était au courant de 15 à 20 cas récents uniquement à Croydon.

«Cela se fait généralement au Royaume-Uni, pas à l’étranger comme les mutilations génitales féminines (MGF)», a-t-elle déclaré, décrivant une pratique où les mères, les tantes ou les grands-mères utilisent des pierres chaudes pour masser le sein à plusieurs reprises afin de «casser le tissu» et ralentir sa croissance.

«Parfois, ils le font une fois par semaine, ou une fois toutes les deux semaines, selon la façon dont ça se développe», a-t-elle ajouté.

Les auteurs, généralement des mères, la considèrent comme une mesure traditionnelle qui protège les filles de l’attention masculine non désirée, du harcèlement sexuel et du viol. Les experts médicaux et les victimes le considèrent comme une maltraitance des enfants qui pourrait entraîner des cicatrices physiques et psychologiques, des infections, une incapacité à allaiter, des malformations et un cancer du sein.

Une femme vivant dans la banlieue d’une ville anglaise a raconté au Guardian comment elle avait repassé la poitrine de sa fille dès les premiers signes de la puberté.

«J’ai pris la pierre, je l’ai chauffée, puis j’ai commencé à masser [la poitrine de ma fille]», a-t-elle déclaré. «Et la pierre était un peu chaude. Quand j’ai commencé à masser, elle a dit: «Maman, il fait chaud!». L’enfant a développé des ecchymoses et la mère a finalement été interrogée par la police, avant d’être libérée.

(…)

Source: theguardian.com

Une réflexion sur “Une pratique africaine consistant à «repasser» la poitrine d’une fille avec une pierre chaude pour retarder la formation des seins se répand au Royaume-Uni

  • 14/04/2020 à 15:30
    Permalien

    Conne disait l’autre, un paquet d’abrutis! Enfin, on a choisi de cohabiter avec eux!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.