Trois Turcs condamnés pour la noyade du petit Aylan, dont la photo du corps échoué avait contribué au déclenchement de la crise migratoire

Trois Turcs ont été condamnés cette semaine à 125 ans de prison pour leur participation à la noyade d’un garçon dont la mort en 2015 est devenue un symbole mondial des souffrances causées par la guerre de Syrie et la crise des réfugiés européens qu’elle a déclenchée.

Une photographie du corps minuscule d’Alan Kurdi, 2 ans, face cachée sur une plage turque, a fait la une des journaux de l’Europe et du monde entier, alimentant une recrudescence de la sympathie et de la colère du public face à la détresse des réfugiés.

Alan, dont le prénom est apparu dans les rapports initiaux avec son orthographe turque, Aylan, est décédé avec son frère, Galip, 5 ans; leur mère, Rihan; et deux autres réfugiés lorsqu’un canot transportant 14 migrants vers l’île grecque de Kos a chaviré. De sa famille immédiate, seul le père a survécu.

En 2016, deux Syriens, Muwafaka Alabash, 36 ans, et Asem Alfrhad, 35 ans, ont été condamnés pour trafic d’êtres humains dans cette affaire. Une enquête distincte a été ouverte sur les organisateurs de la traversée illégale.

La police turque avait recherché trois autres suspects, et ils ont finalement été capturés dans la ville méridionale d’Adana. Un tribunal de Bodrum, le lieu de vacances populaire où les corps des enfants ont été retrouvés, les a reconnus coupables d’homicide involontaire (…).

(…)

L’affaire était particulièrement importante en Allemagne, puis dans les premiers mois de l’accueil et aboutira à une crise migratoire suite à l’arrivée de plus d’un million de réfugiés. Le tabloïd le plus vendu du pays, le Bild habituellement conservateur, a imprimé l’image du corps d’Alan sur une page arrière par ailleurs noire, avec un texte déclarant qu’il s’agit d’un message au monde pour unir et sauver les migrants. (…).

(…)

Source: nytimes.com

Une pensée sur “Trois Turcs condamnés pour la noyade du petit Aylan, dont la photo du corps échoué avait contribué au déclenchement de la crise migratoire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.