Réponse à Julien Rochedy et à la « droite » molle française, aux « droitards »

Ce que je vais écrire pour la droite molle française est valable aussi pour la N-VA, le MR (avec Georges-louis Bouchez qui essaie ces derniers temps d’aller dans la direction de la N-VA avec des positions plus « conservatrices ») voir dans une moindre mesure pour le Vlaams Belang (devenu très mou) ici en Belgique.


Julien Rochedy (ex-FN) a réagi sur son compte Twitter aux manifestations anti-pass sanitaire, notamment sur le cas de la pancarte – jugée antisémite par certains – de la courageuse Cassandre Fristot :

Selon lui les « Qui ? obsessionnels » salissent les manifestations anti-pass sanitaire, ils seraient mêmes les idiots utiles du gouvernement. Je me suis longtemps demandé si les Rochedy, Ravier, Rieu étaient plus radicaux en privé et si faisant de la politique ou de la métapolitique, ils n’avaient pas une façade plus modérée dans un souci électoraliste ou pour ne pas être ostracisés, condamnés à la marginalité. Ne faisant plus de politique (mais en la commentant tous les jours) et au vu de ses sorties sur Twitter, on a la réponse pour le premier cité. J’en ai marre de la mollesse de « l’extrême droite de plateau TV », elle ne nous sert à rien depuis des décennies. La « dédiabolisation » – que Rochedy défend toujours aujourd’hui – a été une erreur et le RN/FN n’a pas su capitaliser dessus. Les scores aux élections ? Ils ne sont pas du à la dédiabolisation mais au contexte de la société française, au terrorisme, aux agressions, aux viols, aux meurtres chaque semaine, chaque jour.

C’est ça qui a fait le score de ce parti et rien d’autre, ça n’aurait rien coûté à ce parti d’avoir des positions plus radicales et avec quelqu’un de plus doué, ce parti serait certainement à un autre stade aujourd’hui. Au lieu de ça, la « dédiabolisation sans fin », la gauchisation du parti, le fait de toujours devoir donner des gages pour être dans le « cercle républicain » n’a servi à rien, si ce n’est à transformer ce parti en une sorte de « RPR light ». RPR qui a été au pouvoir et qui n’a rien fait, donc sa version « light » fera encore moins.

Ce n’est pas en restant dans le cadre fixé par ses adversaires qu’on renverse la table et qu’on change la donne. C’est eux qui décident de ce que vous pouvez dire ou ne pas dire, faire ou ne pas faire et malgré ça, vous serez toujours cantonné au rôle de nazi pour que Macron ou un autre soit élu, ils savent très bien que vous n’êtes pas dangereux pour eux, c’est pour ça qu’ils vous donnent un os à ronger. Donc, en résumé, on lâche tous les fondamentaux, on gaspille du temps et de l’énergie à faire plaisir au camp d’en face et malgré ça on est encore très loin du pouvoir. En terme d' »idiot utile » et de « crétin politique » c’est pas mal Julien (et au cas où, la dédiabolisation c’est une connerie maintenant mais c’était aussi une connerie à l’époque, au sein une société qui se radicalisait de tous les côtés). « Je suis un autochtone européen sur la terre de mes ancêtres je n’ai aucune justification à donner ».

Vu qu’il s’est permis d’en remettre une couche, on va en remettre une aussi :

Encore une fois, je sais bien que lorsqu’on est un personnage public en France, en Belgique, en Europe de l’Ouest, il y a des sujets à éviter : être plus lisse et modéré en apparence et plus radical en privé. Peut-être que le moment venu, certains pourront être utiles à la « cause » (encore faut-il qu’on ait la même, je n’ai pas envie de mourir en Afrique non plus).

Si c’est le cas, la moindre des choses c’est de la fermer sur les gens plus « radicaux », ne venez surtout pas oser les critiquer, eux ou leurs supporters, vous n’avez pas le dixième de leur courage. Faites votre travail de sape en douce mais ne venez pas hurler avec les « chiens rouges » quand la caravane passe, il se pourrait bien qu’un jour – quand la table sera renversée – on vous traite de la même façon qu’eux. Ces personnes prennent le risque de radicaliser toujours plus la société sur les questions identitaires alors que vous restez dans votre petit confort, sans déranger personne (ah si pardon, les féministes qui ont traîné beaucoup de nationalistes au tribunal, comme chacun le sait), donc restez à votre place, un peu de décence.

Ah oui autre chose, lorsqu’on est identitaire, patriote, nationaliste ou conservateur (je range même ces derniers avec) – je ne sais pas comment Rochedy se définit – on ne s’affiche pas avec des extra-européens, au moins publiquement, fussent-ils des amis d’enfance. J’ai coupé les ponts avec les miens, il y a déjà longtemps, quand j’ai commencé à avoir les idées que j’ai aujourd’hui, il ne m’a jamais traversé l’esprit de me retourner et je ne le ferai jamais, c’est mieux pour moi comme pour eux. Quelle belle photo avec un ardéchois pur souche :

Entre une racaille du fin fond de sa banlieue parisienne qui deale, qui s’exprime comme un débile et un extra-européen « intégré » (je ne crois pas à ce mythe mais passons) qui fait du canyoning en Ardèche, qui est le plus dangereux – d’un point de vue identitaire – au final ?
Le symbole est désastreux, je n’ai pas besoin d’épiloguer sur le pourquoi, « on est chez nous » sur la terre de nos ancêtres et ça n’est pas négociable, même à la marge « si on ne veut pas mourir en Afrique dans 30 ans ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.