Raoul Hedebouw l’admet : de l’extrême-gauche communiste à la droite libérale, le système est uni pour lutter contre son seul ennemi véritable : l’extrême-droite

Tout le monde le sait mais c’est toujours bien de le rappeler.

Lors d’une interview accordée à la RTBF, le révolutionnaire en papier mâché Raoul Hedebouw a confirmé qu’il se rangeait du côté du Système, du Parti Socialiste au Mouvement Réformateur afin de lutter contre la seule mouvance capable d’apporter une opposition structurelle réelle : ce que les médias appellent traditionnellement l’extrême-droite.

« ─ Raoul Hedebouw, est-ce vous n’avez pas une chance, comme d’autres partis en Wallonie, c’est qu’il n’y a pas d’extrême-droite ?
─ Oui, c’est une chance. Mais il y a un combat multiple qui est là. Je pense que d’une part, il y a les médias qui jouent le rôle d’éducation, de critique citoyenne, il y a le PTB qui est aussi présent sur le terrain pour donner une alternative aux gens, il y a le monde associatif qui est là aussi.
─ Il y a aussi d’autres partis démocratiques qui luttent contre l’extrême-droite.
─ Tout à fait. Il y a vraiment un combat qui est mené. »

Cliquez ici pour voir l’intégralité de l’échange.

« Une chance », car médias et politiciens savent pertinemment qu’une extrême-droite organisée, disposant de moyens financiers conséquents et bénéficiant d’un temps de parole non nul à la télévision et dans la presse écrite rendrait ridicule le parti stalinien de Raoul Hedebouw.

Le PTB est une opposition contrôlée ; le chien de garde d’un système politique et financier qui n’a qu’un seul ennemi historique réel : le fascisme, que les médias qualifient aujourd’hui d’extrême-droite afin de d’insuffler à la population l’idée que ce courant de pensée serait une excroissance de la droite, libérale et conservatrice, alors que tous les fascismes sont historiquement nés à gauche, chez les révolutionnaires socialistes.

Souvenez-vous de la conférence de Yalta et souvenez-vous qui s’est allié à qui, pour œuvrer à la destruction de qui.

Churchill, Roosevelt et Staline à Yalta : mais où est donc de Gaulle ?

Si l’extrême-gauche était le véritable ennemi du système capitaliste, nous ne verrions pas Joseph Staline sur cette photo, mais bien Adolf Hitler, aux côtés de Roosevelt et de Churchill. Contrairement à Raoul Hedebouw, l’Histoire ne ment pas.

Le député perpétue cette tradition de trahison du peuple et des idéaux révolutionnaires en s’acoquinant avec la racaille politicienne qui n’a pour seul vocation que celle de défendre ses intérêts et sa propre survivance au détriment d’autrui. Ça porte un nom : le parasitisme.

Pour rappel : le faux révolutionnaire Raoul Hedebouw soutient une organisation ─ Black Lives Matter ─ massivement financée par Facebook, Coca-Cola, Reebok et Adidas. Dans le genre opposition au système, j’ai déjà vu mieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.