Mons : l’horreur contemporaine « The Passenger » enfin déconstruite

Il était plus que temps de démonter cette chose.

Depuis fin 2014, une immonde structure en bois multicolore surplombait une rue du centre-ville de Mons, en face du vieux palais de justice.

400 000 euros de planches en bois aux couleurs de l’arc-en-ciel pour un tel résultat :

L’auteur de l’oeuvre, un dénommé Arne Quinze, n’en est pas à son coup d’essai. Voilà plusieurs années que l’artiste pollue l’espace public à travers ses créations malsaines et pachydermiques dans le monde entier :

Le point positif avec ces oeuvres qui ne servent à rien, c’est qu’elles ouvrent des perspectives métaphysiques en nous renvoyant à notre propre utilité… l’Homme face à l’Absurde.

Peut-être son auteur – sous ses faux airs de Claudy Focan – est-il un esprit éclairé moderne ; un génie incompris en perdition dans une société devenue vide de sens ?

Faut-il pour autant rejeter l’artiste en bloc et le considérer comme un escroc ? Rien n’est moins sûr ; Arne Quinze n’est pas totalement dénué de talent et lorsqu’il se plonge dans la peinture, il est même capable de produire des oeuvres dotées de qualités esthétiques singulières :

a triptych Wildflower Fields painting

J’aime bien les petites fleurs : c’est mon côté sensible.

J’exhorte donc Arne Quinze à cesser ses emphases post-modernes et à renouer avec le Beau dont il est parfaitement capable. Le confinement est suffisamment difficile à supporter pour ne pas avoir à subir en plus la grandiloquence d’un esprit semi-dément lorsqu’on sort de chez soi.

Source : RTBF

2 réflexions sur “Mons : l’horreur contemporaine « The Passenger » enfin déconstruite

  • 13/04/2021 à 16:46
    Permalien

    De l’art comptant pour rien (de l’art contemporain).
    La civilisation du faux : du faux argent, pour acheter du faux art, dans une ambiance de fake news.
    Nous sommes dans les temps de la fin, du Kali Yuga comme disent les Hindous.

    Répondre
  • 14/04/2021 à 18:59
    Permalien

    il essaye…c’est simple…..on parle de lui, c’est le but ! Il est meilleur peintre que sculpteur et ses monceaux de cure dents plaisaient peut-être à qui vous savez, à Mons….

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.