« Miss Belgique d’Ethiopie », propagande multiculturaliste à tous les étages en Belgique

Vous imaginez une « Miss Ethiopie de Belgique » blonde aux yeux bleus avec un nom flamand ou francophone ? Je pense que ça ferait rire les éthiopiens, ça leur paraîtrait absurde. Mais ils ne subissent pas la propagande multiculturelle, « métissolatre » à tous les étages, tous les symboles, tous les représentants doivent être petit à petit effacés pour être par la diversité. Le nom des rues, les statues, vos restaurants, vos snacks, l’équipe belge de football, petit à petit les hommes politiques (regardez Bruxelles), les miss etc…

Au fond cette miss a été élue par qui ? Un jury composé entre autre du relookeur et chroniqueur du Grand Cactus David Jeanmotte, le bourgmestre de La Panne (lieu de l’élection) Bram Degrieck, la Présidente du comité Miss Belgique Darline Devos et les miss Belgique 2012, Laura Beyne et 2018, Angeline Flor Pua (toutes les 2 d’origine extra-européenne) ou encore Sandrine Gobbesso la directrice de RTL-TVI. On n’a apparemment pas d’indications sur les autres membres du jury. On sait qu’en 2017, il était composé de 6 femmes et 2 hommes. Gageons que le nombre et la proportion n’a pas du tellement changé, pas de parité là, mesdames ? Pourtant qui serait plus apte qu’un homme pour juger de la beauté d’une femme ? Bref ce jury est partial et avec seulement moins de 10 personnes, il ne représente rien et certainement pas la Belgique.
Comment vous pouvez le voir ci-dessous, vous voyez une différence entre « Miss Belgique d’Ethiopie » et « Miss Ethiopie » ?

Oui ils se foutent de nous et ça ne date pas d’hier, c’est la 5ème miss d’origine extra-européenne, en fait ça c’est accéléré ces 15 dernières années (curieux la diversité des Miss aurait un rapport avec le Grand Remplacement).

2005 : Tatiana Silva, d’origine brésilienne, issue de la région bruxelloise.
2009 : Zeynep Sever, d’origine turque, et habitant (habitait ?) Bruxelles.
2012 : Laura Beyne, métisse belgo-congolaise, encore issue de Bruxelles (pourtant je peux vous garantir que ça n’est pas à Bruxelles que l’on croise les plus jolies filles du pays).
2018 : Angeline Flor Pua, d’origine philippine et issue d’Anvers (bah oui il faut bien que les flamands se mettent un peu au multiculturalisme et puis Anvers ressemblant de plus en plus à Bruxelles).
2021 : Kedist Deltour, éthiopienne donc, abandonnée par son père et adoptée par une famille de braves belges au grand cœur, à noter qu’elle représente la Flandre Orientale (enfin la Flandre Orientale d’Ethiopie, si, si ça existe). A noter que sa dauphine est aussi une métisse avec des origines asiatiques Thanareee Scheerlinck, représentant le Brabant flamand. Eh oui pour les francophones qui fantasment sur une Flandre dite raciste et ethno-centrée, on est loin du compte.

Voilà en moyenne tous les 3 ans, on a une miss bien métissée élue par un jury de 8 personnes qui ne représentent qu’elles-mêmes. Sans intérêt ? Bah non ça fait partie de la propagande visant à nous faire disparaître à tous les niveaux.

Si il fallait en choisir une parmi toutes les candidates, Louise-Marie Losfeld de Flandre Orientale représente bien mieux notre pays :

Source : laLibre

3 réflexions sur “« Miss Belgique d’Ethiopie », propagande multiculturaliste à tous les étages en Belgique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.