Liège : la gare des Guillemins est devenue une zone de non-droit.

La gare de Liège Guillemins, très guerre-des-mondes-esque sous cet angle.

La gare de Liège Guillemins, carrefour de la mobilité de Liège, emblème architectural de la ville, membre de l’axe de la modernité : gare des Guillemins – tour des finances – passerelle belle liégeoise – parc de la Boverie. Et surtout, chef d’oeuvre d’art moderne architectural, tour de force d’ingénierie et d’huile de coude. Elle a été dessinée par le grand génie Santiago Calatrava Valls (quand même !) et assemblée par de bons gaillards qui n’en auraient jamais vu le bout sans leur ténacité et leur persévérance sans limites et exemplaires.
La gare est aussi, et je trouve important de le souligner : probablement la seule gare de Belgique où il ne nous pleut pas sur la gueule quand on attend notre train.

Quel est le piège ? Elle se déboulonne et menace de nous tomber sur le crâne ? Non. Problème de base avec les oeuvres d’art moderne : elle est infestée de rats puants porteurs de zoonoses et de toute la panoplie des maladies vénériennes qui ont fait de cette gare le dernier cercle de l’enfer en termes de criminalité.
Oui il y a aussi des vrais rats parce que la ville est un cloaque putride mais au moins les vrais rats ne nous font pas les poches, ils se contentent de faire peur aux filles et de mordre les migrants mal élevés.

Les cheminots ont décidé d’attendre 2021 pour se plaindre à la presse que la gare était devenue une immense savane où ne triomphe que la loi du plus fort. Je dois dire que les problèmes étaient bien dérisoires, il y a encore quelques années, par rapport à ce qu’on connaît maintenant. En effet, j’ai observé une recrudescence hallucinante de la criminalité durant la crise covid.
Je vous propose de vous référer aux captures d’écran du groupe facebook « Les étudiants de Liège » pour constater la myriade de petits larcins auxquels sont confrontés les pauvres citoyens de la ville payeurs d’impôts qui payent la police qui se tape des queues au poste pendant que votre soeur se fait poignarder pour son téléphone.

Les captures d’écran ont été prises entre mars et juin, vous pouvez imaginer que beaucoup de petits crimes n’ont pas été enregistrés, j’ai évidemment attendu d’être atterré par le nombre de plaintes qui défilaient sur le groupe quotidiennement pour commencer à les capturer. En juin j’ai cessé de les enregistrer pour des raisons purement scolaires, vous pouvez le comprendre. Je dispose encore naturellement de centaines de témoignages qui se déroulent partout ailleurs dans Liège, le problème n’est pas réservé à la gare, vous vous en doutez bien.
La rédaction n’est pas responsable des descriptions des criminels faites par les témoins. Ce n’est pas de ma faute si les gens sont de sales gros racistes et si la modération du groupe censure les milliards de témoignages de vols et de viols effectués par des grands blonds qui portent des polos.

Incroyable
Les bras m’en tombent
Je n’en reviens pas
Quelle mise en page !
Des photos des auteurs !
Ca n’en finit pas !
Le bout du tunnel

Comment expliquer que ces crimes sont réitérés à l’infini ? Pas dur. Les gens sont trop effrayés pour mettre une paire de baffes à un métèque, et aussi la police est trop occupée à matraquer des grands mères qui portent leur masque sous le nez pour venir sauver le peuple de l’enfer multiculturel qu’il subit.

Vous pensez que c’est tout ? Qu’il suffit de ranger son téléphone dans son sac ? Et bien restez encore un peu, ce n’est pas encore terminé.
Voici l’image d’une vidéo qui a été postée sur le même groupe d’un grand malade en train d’hurler en arabe sur des gens qu’il agresse au couteau. La vidéo a été filmée dans la rue de Serbie à deux pas de la gare des Guillemins.

Toujours le même code vestimentaire chez les aspirants meurtriers.

Et finalement la capture de google street view qui confirme que la scène se déroulait bien dans la rue susnommée

Je vous souhaite à tous une agréable visite de la ville, la place Saint Lambert est elle aussi une merveille multiculturelle qui vous donnera envie de boire des cocktails à l’huile de vidange.
Tout habitant de Liège est obligé de lire « La France orange mécanique » et « La France interdite » de Laurent Obertone, qui a probablement vécu et étudié à Liège, c’est la seule explication.

Source : Sudinfo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.