Le Pape exhorte la communauté internationale à partager les vaccins avec le tiers-monde

L’Église catholique moderne est une farce.

Dans son allocution prononcée à l’occasion de la fête de Pâques, le Pape François a exigé de la part de la communauté internationale le partage des vaccins contre le covid-19 avec les pays du tiers-monde : il évoque « les plus vulnérables, les malades souffrant du Covid-19, les migrants, les personnes précipitées dans la précarité par la pandémie, et les populations victimes des guerres en Syrie, au Yémen, en Libye et en Afrique ».

En clair : le Pape François veut vacciner le tiers-monde pour maintenir sa boutique en place. Car il est évident que si les Européens rejettent peu à peu le christianisme, il devient aujourd’hui nécessaire pour l’Église de trouver d’autres clients afin de maintenir son activité et son influence. C’est la seule raison pour laquelle l’Église a fait évoluer son discours, passant d’un traditionalisme conservateur au post-marxisme tiers-mondiste après le Concile de Vatican II.

Le souverain poursuit : il appelle à faire « cesser le fracas des armes dans la bien-aimée et martyrisée Syrie, où des millions de personnes vivent désormais dans des conditions inhumaines, ainsi qu’au Yémen dont les événements sont entourés d’un silence assourdissant et scandaleux, et en Libye où l’on entrevoit enfin la sortie d’une décennie de disputes et d’affrontements sanglants » ; il demande à la communauté internationale de venir en aide au « peuple libanais qui traverse une période de difficultés et d’incertitudes » ; il espère que « Israéliens et Palestiniens retrouvent la force du dialogue pour parvenir à une solution stable » ; il dénonce « les violences internes et le terrorisme international au Sahel et au Nigeria« .

Le Pape François s’intéresse au sort du monde entier sauf à celui des Européens ethniques qui ont maintenu le christianisme en vie pendant près de deux millénaires. Un comble.

Au sujet du Sars-COV-2, il déclare : « Dans l’esprit d’un ‘internationalisme des vaccins’, j’exhorte donc toute la Communauté internationale à un engagement partagé afin de surmonter les retards dans leur distribution et en favoriser le partage, en particulier avec les pays les plus pauvres« .

Ça ne s’arrêtera jamais. Chaque année, ce sont des milliards de dollars qui partent de pays occidentaux vers les pays en voie de développement dans le cadre de l’Aide Publique au Développement ; tout comme ce sont des milliards d’euros qui partent dans la création d’infrastructures dans nos quartiers « difficiles » – c’est-à-dire tiers-mondisés – ; tout ça pour quel résultat ?

À l’heure où les revendications communautaires se multiplient, assénant les Occidentaux de cesser leurs interventions sur le continent africain, peut-être serait-il temps enfin de couper les ponts d’accéder aux requêtes des allogènes ? Mais dans ce cas : fini le financement de l’Afrique, fini le soutien logistique, fini le clientélisme religieux. Et fini les vaccins envoyés gratuitement à l’ensemble du tiers-monde.

4 réflexions sur “Le Pape exhorte la communauté internationale à partager les vaccins avec le tiers-monde

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.