La Belgique n’enverra pas de ministre à la conférence de l’ONU contre le racisme car elle la soupçonne d’antisémitisme

Seuls les Belges sont aussi absolus.

Le 22 septembre prochain aura lieu à New York un sommet pour le vingtième anniversaire de la conférence de Durban contre le racisme, organisé par l’ONU.

La première conférence de Durban, du 31 août au 8 septembre 2001, quelques jours avant les attaques terroristes du 11 septembre, avait été marquée par de profondes divisions sur les questions de l’antisémitisme, du colonialisme et de l’esclavagisme. Les Etats-Unis et Israël avaient quitté la conférence en protestant contre le ton de la réunion, après que des pays arabes avaient tenté d’y assimiler le sionisme au racisme.

En 2011, à Genève, plusieurs représentants des pays européens avaient quitté la salle de conférence lors d’un discours anti-israélien prononcé à la tribune par le président iranien de l’époque, Mahmoud Ahmadinejad. Ce dernier avait qualifié la Shoah de « question ambiguë et douteuse », et Israël de « gouvernement raciste  » .

Sacré Mahmoud.

Cette année, les ministres fédéraux belges ont tranché en estimant que la lutte contre le racisme ne valait pas la peine d’être défendue si elle n’incluait pas la lutte contre l’antisémitisme. La Belgique n’enverra donc aucun ministre lors du prochain sommet à New York.

Je me demande quelle aurait été la décision des ministres belges dans la situation inverse.

Vous savez, si un sommet contre l’antisémitisme avait viré au racisme anti-arabes.

Le Belgique a toutefois pris la décision d’envoyer un diplomate sur place, histoire de marquer le coup.

Position qui a suscité la rage du juif Michael Freilich ─ député NVA ─ selon lequel la lutte contre l’antisémitisme est un devoir de tous les instants.

« C’est un compromis à la belge, déclare-t-il. Soit on estime que cette conférence en vaut la peine et, alors, on envoie tous les ministres ; soit on estime qu’on ne peut pas y aller et, alors, on boycotte complètement le sommet. Avec la N-VA au pouvoir, on aurait eu une position beaucoup plus tranchée« .

Vous savez donc à quoi vous attendre en votant NVCuck.

Source : lalibre

Une réflexion sur “La Belgique n’enverra pas de ministre à la conférence de l’ONU contre le racisme car elle la soupçonne d’antisémitisme

  • 11/09/2021 à 19:06
    Permalien

    Tant mieux, qu’ils n’y aillent pas. Cette conférence une horreur islamogauchiste, suprémaciste noire et intersectionnelle. Les BLM y côtoient les palestiniens, les roms et les frères musulmans.
    Qu’elle soit antisémite ou non, cette réunion annuelle anti-occidentale ne mérite que notre mépris.

    Répondre

Répondre à Olivier Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.