Jerôme Rodrigues un des leaders des Gilets Jaunes, interpellé alors qu’il voulait manifester contre Génération Identitaire

Comme nous vous l’avions annoncé, une manifestation de soutien à Génération Identitaire (menacé de dissolution par le 1er ministre Gérard Darmanin) avait lieu cet après-midi. Manifestation où des milliers de personnes se sont rassemblées pour s’opposer à cette dissolution, jugée comme injuste puisqu’elle ne repose que sur « l’appel à la haine et à la discrimination », concept aux contours flous permettant de condamner et de faire taire n’importe quel militant patriote. Le but étant de « taper au portefeuille » voir de mettre en prison, toute personne osant remettre en cause la politique de l’Etat en matière d’immigration. Lutter pour la sauvegarde de son peuple et de sa culture est devenu un crime aujourd’hui en France.

Venons-en au trublion d’extrême gauche, Jérôme Rodrigues, un leaders du mouvement « Gilet Jaune » connu pour s’être fait éborgné lors d’une manifestation par un flashball de la police. On ne niera pas un certain courage physique mais au fond pourquoi manifestait-il contre Génération Identitaire ? C’est qu’il est donc pour sa dissolution et contre l’activisme politique qui n’est pas de son bord. Au début du mouvement « Gilet Jaune » il prétendait que son mouvement était apolitique mais au fond n’a-t-il pas contribuer à sa récupération par la gauche ? On l’a vu avec Assa Traoré (voulant s’allier avec les « racisés » de banlieue contre soi-disant la police et l’état), avec Besancenot (ex-président du NPA), bref il a largement appuyé pour donner une coloration de gauche à son mouvement, ce qui n’était pas le cas au début de celui-ci.
Aujourd’hui c’est apparu encore plus clairement, alors qu’il prétend être pour la liberté d’expression et pour le droit de manifester, il vient s’opposer à l’existence de Génération Identitaire, belle contradiction.


Certains sur les réseaux sociaux, voyant les images de son interpellation, c’est la preuve que le pouvoir est avec l’extrême droite ? Ah bon c’est dans doute pour ça que Génération Identitaire va être dissous et non pas les Black-blocks, qui eux, n’hésitent pas à utiliser la violence, deux poids, deux mesures, on rappelle aussi qu’Hervé Ryssen est en prison pour des écrits, que l’ex-gendarme Jallamion est exilé en Suisse (et on pourrait en citer d’autres). Simplement aujourd’hui, peut-être qu’aujourd’hui l’Etat voulait éviter des affrontements et laisser une partie non-négligeable de la population déverser sa frustration et ainsi pouvoir dire qu’on est encore dans un pays de liberté. C’est le principe de la cocotte-minute, vous laissez de temps en temps un peu de vapeur s’échapper mais vous maintenez bien tout le monde sous le couvercle, sous votre domination, le but étant que ça n’explose pas. Laissez l' »extrême droite officielle » manifester aujourd’hui rentre dans ce schéma. Seront-ils dissous ? S’il y a une véritable volonté politique derrière, ça sera sans doute le cas, peu importe que ça soit juste, légal ou pas, si un pouvoir juge que vous le dérangez un peu trop, il essaiera de vous faire taire et les militants qui voudront continuer le feront dans de nouvelles structures, polissant encore plus leur discours, par peur d’être réprimés.

Source : Valeurs Actuelles

Une réflexion sur “Jerôme Rodrigues un des leaders des Gilets Jaunes, interpellé alors qu’il voulait manifester contre Génération Identitaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.