Football : Il n’y a rien de patriotique à supporter les diables rouges

Ca sera peut-être impopulaire auprès d’une partie de nos lecteurs, mais au moins c’est clair et sans langue de bois. Si on va dans le détail ça donne :

Sur les 26 joueurs, 9 ont des origines extra-européennes soit 35% de l’équipe, ce qui fait qu’on ne ressemble pas encore à l’équipe de France c’est la présence de pas mal de flamands : 12 joueurs (si on compte Courtois parmi les flamands, il est issu des 2 communautés). Il n’y a que 4 francophones en comparaison plus 1 belge d’origine portugaise et espagnole issu de la région bruxelloise (Carrasco).
Sur le onze de base seul en moyenne 3 joueurs ont des origines extra-européennes (parfois 4), une moins grande proportion par rapport aux sélectionnés, les Pays-Bas par comparaison en ont 5 voir parfois 6 sur le 11 de base, mais on n’est pas non plus la Croatie, la Pologne, l’Italie ou même l’Espagne.

Parmi les extra-européens, les congolais étant le plus gros contingent de très loin avec pas moins de 6 joueurs ayant des origines congolaises : Boyata, Lukaku, Denayer (métis), Tielemans (métis), Batschuayi , Benteke.
Le Maroc a un représentant avec Chadli (qui est nul et qui est la plupart du temps sur le banc), le Ghana aussi 1 avec Doku qui nous vient du Molenbeek anversois Borgerhout et puis Axel Witsel métis (son père est martiniquais).

Sans même utiliser le mot nationaliste (très mal connoté historiquement), un patriote, un vrai ne peut se reconnaître dans cette équipe. En fait « patriote » ou « nationaliste » sont indissociables l’un de l’autre et je vais expliquer pourquoi en m’intéressant à l’étymologie de ces mots.

« Patriote » dérive du mot « patrie » qui vient du latin pater, père. La terre des pères, des ancêtres, ça veut dire qu’il y a une notion de filiation, une notion biologique indissociable du mot.

Nationaliste, Nation vient du latin « nasci » qui veut dire naître, « ceux de même naissance ».

Quelqu’un qui se réclame du nationalisme ou du patriotisme peut donc difficilement se reconnaître dans cette équipe quand on se base sur la vraie définition de ces mots.

Enfonçons le clou : cette équipe, bien qu’elle soit composée majoritairement d’autochtones européens, a quand même plié le genou à plusieurs reprises pour soutenir à « Black Lives Matter ». Supporter « Black Lives Matter » ça n’est pas dire uniquement « la vie des noirs compte » c’est supporter le racisme anti-blanc, la destruction de nos villes, de nos statues, le pillage de la racaille de bas étage comme on a pu le voir lors de la plupart des manifestations BLM en Occident. Pire, ça entraine parfois la mort de ceux qui s’opposent à BLM simplement en scandant « All Lives Matter » comme c’était arrivé à cette jeune mère de famille dans l’Indiana, Jessica Doty Whitaker, 24 ans. Oui ça n’est pas seulement les statues qu’ils déboulonnent, la vie de certains blancs peut y passer aussi, c’est même ce qui se passera de plus en plus si ce « délire » continue.

C’est pourquoi c’est une honte nationale que cette équipe aie mis le genou à terre pour apporter son soutien à BLM, ils n’en ont sans doute pas conscience mais ils apportent leur soutien au racisme anti-blanc, au moins d’autres équipes nationales comme les tchèques, les polonais, les hongrois ont refusé de mettre le genou à terre, il y a encore des européens fiers qui ont conscience de ce qu’ils sont et qui restent debout. Cette équipe n’est pas mon équipe nationale et elle ne me représente pas, j’espère que certains d’entre vous arrêteront de supporter un des symboles du Grand Remplacement, donc notre mort sur le long terme. Soyez fier de votre pays pour ses inventeurs, pour Leopold II et défendez-le quand on attaque ses symboles mais pas pour une équipe qui est, au final une « arme » de nos ennemis voulant notre destruction.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.