Fin de la tolérance : vers la troisième dose et l’obligation vaccinale

Les neuf ministres belges de la santé se sont réunis ce matin afin de délimiter le périmètre d’une potentielle troisième dose de vaccin contre le coronavirus qui, jusqu’à présent, ne sera encouragée que pour le personnel de santé et toutes les personnes qui se trouvent en contact rapproché avec des malades dans le cadre de leur emploi.

Ce que le grand public veut savoir, c’est si lui aussi sera confronté à une obligation vaccinale déguisée afin d’obtenir un passeport sanitaire ; à cette question, le Conseil Supérieur de la Santé a répondu qu’il n’existait actuellement aucune preuve scientifique justifiant un rappel de vaccin pour toutes les personnes de moins de 65 ans, atteintes ou non de comorbidités.

Fort bien ; dans ce cas, pourquoi insuffler une troisième dose au personnel de soins de santé ?

Soit le vaccin est efficace, soit il ne l’est pas. Soit il faut vacciner tout le monde, soit il ne faut vacciner personne ; mais la dichotomie établie par le Conseil Supérieur de la Santé et les neuf ministres est un non-sens absolu. Rassurez-vous toutefois car nos gouvernants ont bien un plan derrière la tête : la vaccination obligatoire de l’ensemble de la population dès 2022, car la RTBF ajoute :

« Ce qui ne veut pas dire qu’au regard de nouvelles études scientifiques et des progrès attendus en termes de vaccins (nouveaux vaccins, pilules, spray nasal…), cet avis ne sera pas réexaminé dans les prochains mois, ouvrant la voie finalement courant 2022 à une troisième dose pour l’ensemble de la population. Par contre, les ministres de la Santé ont bien validé ce matin le principe d’une 3e dose, dose « de rappel », à seule destination pour le moment du personnel soignant. Après les plus de 65 ans et les immunodéprimés vaccinés qui bénéficient déjà actuellement d’une dose de rappel, les prochains seront donc bien les membres du personnel soignant. »

Présenté main dans la main par gouvernants et médiamenteurs comme une simple mesurette sur base volontaire, le processus de vaccination est toutefois factuellement obligatoire pour quiconque souhaite demeurer actif au sein de la société ; se rendre sur son lieu de travail, entretenir son cercle social, recevoir des soins dignement, boire un Orval ou assister à une représentation du Parsifal de Wagner : telles sont des actions qui ne seront plus accessibles aux parias du monde de demain que seront les non-vaccinés.

Car en vérité je vous le dis, et c’est la RTBF elle-même qui l’affirme :

« Notons qu’il s’agit là d’une 3e dose toujours sur base volontaire, pour les « convaincus » côté soins de santé ayant donc déjà reçu deux doses. Or on sait que certains sont toujours « récalcitrants » à la vaccination et que le gouvernement fédéral prépare toujours une initiative légale pour forcer l’obligation de vaccination de ce personnel soignant. Ce sera pour 2022.« 

Ne soyez pas naïfs. Si la mesure devient officiellement obligatoire pour le personnel soignant sachant qu’elle ne repose sur aucune donnée scientifique, croyez-vous sincèrement que le commun des immortels y échappera ?

Nous n’en sommes plus aux prémices d’une crise temporaire ; nous sommes entrés dans une phase de répression et de violence qui fait écho à deux ans de lavage de cerveau de la part des médias occidentaux. Ce n’est pas un hasard si LeSoir titrait hier :

Décryptage : « fin de la tolérance » signifie « début de la répression ».

Et le Metro ajoute :

Le temps nous est désormais compté et les non-vaccinés doivent s’attendre à subir des temps difficiles ; très difficiles.

Je vous invite à relire le Prince de Machiavel, car toute l’habileté et la fourberie de nos gouvernants y est transcrite en substance.

Quant aux neuf ministres de la santé responsables de ce spectacle sordide, je vous en délivre ici la liste exhaustive ; ceci est mon cadeau pour vous, pauvres pécheurs :

  • Franck Vandenbroucke (ministre fédéral ─ SPA)
  • Christie Morreale (ministre wallone ─ PS)
  • Wouter Beke (ministre flamand, CD&V)
  • Alain Maron (ministre bruxellois francophone ─ Écolo)
  • Elke Van Den Brandt (ministre bruxelloise néerlandophone ─ Groen)
  • Antonios Antoniadis (ministre germanophone ─ SP)
  • Barbara Trachte (ministre bruxelloise francophone ─ Écolo)
  • Bénédicte Linard (ministre du gouvernement de la communauté française ─ Écolo)
  • Valérie Glatigny (ministre du gouvernement de la communauté française ─ MR)

Source : RTBF

Une réflexion sur “Fin de la tolérance : vers la troisième dose et l’obligation vaccinale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.