Discrimination dans les cafés du carré Liégeois : des « soirées privées » interdites aux non cis white people.

Désolé vous n’êtes pas habitué.e

Will Smith (nom d’emprunt), un jeune étudiant liégeois, avait entendu quelques néo boomers se plaindre sur facebook que quelques établissements du carré demandaient à certains clients de ne pas entrer sous prétexte qu’ils étaient moins à risque de carcinome basocellulaire que ceux déjà présents dans le bar (tchecke tes privilèges Omar Sy).
Afin d’en avoir le coeur net, Eddie Murphy échafauda un audacieux stratagème : Il allait se rendre dans un des cafés incriminés, mais d’abord s’assurer que des personnes peu à risque de cicatrices chéloïdes passent avant lui pour ainsi constater la discrimination de ses propres yeux à la sclérotique jaunie.
Et ce qui devait arriver arriva… Denzel Washington avec sa coupe au bol en dreadlocks au bout desquelles pendent des petites amulettes vaudou se vit refuser l’entrée… Par un videur d’origine bantoue d’après les commentaires facebook. Quelle honte !

Les heures les plus claires de notre histoire.

C’est alors que Samuel L Jackson se précipita sur son ordinateur Mackintosh 4 coeurs 99 pouces 78 000 000 ultra Hertz pour se plaindre que la Belgique était le pays du mal incarné et que des cadavres de personnes racisées jonchaient les rues de la ville. Je dois reconnaître que la dernière affirmation n’est pas tout à fait fausse, néanmoins j’aimerais ajouter quelques précisions à cette affirmation : il s’agit en réalité de clodos toxicomanes et pas de Martin Luther Kings abattus par la police.

Suite à ce long pavé qui m’a fait suer au point de devoir changer de fringues, de chaise et de moquette à cause sa teneur en cringe, les étudiants de la ville s’unirent sous une même bannière, celle de l’antiracisme. Oui, il était temps de se soulever contre le patriarcat nazi et raciste qui a remplacé le dixième de la population belge par des Africains, il était temps, après avoir été pickpocketé, viré de son job à cause du vaccin, violé dans un bar mal fréquenté, kidnappé, tabassé et laissé pour mort, de boycotter un ou deux des bars racistes de la ville qui emploient des videurs noirs et qui refusent aussi les blancs mal habillés !
Si les étudiantes de Liège avaient fait partie des légions romaines lors de la bataille de Teutobourg, les troupes d’Arminius auraient été anéanties par tant de bravoure et de sagacité guerrière et l’Empire Romain se serait étendu jusqu’en Sibérie.

La RTBF qui aime s’agenouiller devant le panafricanisme LGBTQped nous offre encore un témoignage supplémentaire : la jeune Helen Page (nom d’emprunt) a aussi tenté de se rendre dans ce bar sans succès malgré sa peau blanche (dont elle a honte). Comment explique-t-elle cet évènement ? Le sorteur serait homophobe. En effet, elle avait ostensiblement léché l’oropharynx d’une autr.e personn.e qui se serait d’après les témoignages identifi.é.e à un.e femm.e au moment des faits. C’est ainsi qu’Olly Plum interprète la décision du portier.

>:(

Voici mon interprétation : Il s’agissait en réalité de mesures sanitaires. Avez-vous oublié que nous traversons actuellement la plus grande pandémie mortelle de l’histoire de l’humanité ? Comment oser embrasser goulûment une personne qui ne fait pas partie de sa bulle et ensuite espérer entrer dans un établissement qui respecte les mesures sanitaires ? Un peu sérieux ! On passe un an et demi à se plaindre de virus et dénoncer ses voisins à chaque fois qu’ils décapsulent une bière, et puis on fait semblant que tout est fini sous prétexte qu’on a du sperme de satan dans le bras… Ridicule.

Les personnes décrites dans cet article représentent les cibles favorites du virus based and redpilled VIH. Il s’agissait tout simplement de mesures prophylactiques. On dirait que la prophylaxie contre certains virions intéresse le gouvernement et les jeunes étudiantes anarchistes, mais que les autres agents infectieux autrement plus graves et plus mortels n’intéressent personne à part les patrons de bar qui pensent à votre santé.
Merci à ces patrons de bar de protéger leurs clients des diverses IST qui fourmillent dans les slips de qui on sait et des pathogènes obscurs cachés derrière la Mare Nostrum qui viennent nous chatouiller les narines depuis 10 ans sans aucune explication.

Sources : RTBF, HIV.GOV, CDC.GOV

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.