Dans leur souci d’aller toujours plus loin dans l’égalitarisme le plus débile, la gauche francophone souhaiterait que les hommes partagent la contraception avec les femmes

Oui, oui, vous avez bien lu, ils sont sérieux, Margaux de Ré (député bruxelloise d’Ecolo) vous explique :

Dans une société normale, ces gens sont dans un asile mais chez nous, ils sont au gouvernement. Toujours promouvoir la mort, la dénatalité (la démographie est une guerre qu’on est occupé de perdre à cause de ces gens), l’égalitarisme homme/femme jusqu’à la folie (c’est une religion), aller contre l’ordre des choses et la nature. Mais bon tôt ou tard la nature se venge. En attendant si vous avez le courage de le lire :

  • Sensibiliser les jeunes tout au long de leur parcours scolaire aux questions de genre, en ce compris la responsabilité commune de la contraception, et d’encourager l’accès à l’information en matière de contraception ;
  • S’assurer que l’information fournie dans les établissements scolaires sur les moyens de contraception soit complète et reprenne les avantages et inconvénients des moyens contraceptifs, ainsi que leurs effets physiologiques (par exemple en ce qui concerne la pilule) ;
  • Renforcer la formation des enseignants sur ces questions ;
  • Lancer une campagne de sensibilisation aux différentes méthodes de contraception masculine et féminine, et à la responsabilité partagée de la contraception ;
  • Promouvoir et de soutenir, avec les associations, des activités autour de la contraception partagée (colloques, séminaires, ateliers, etc.) ;
  • Sensibiliser les établissements d’enseignement supérieur à la nécessité d’intégrer les questions relatives au partage de la responsabilité de la contraception ;
  • Prévoir la réalisation d’une étude tant quantitative que qualitative sur la réalité des normes contraceptives actuelles et des freins liés à l’utilisation, à la recherche et à la production de contraceptifs masculins ;
  • Encourager, (via de futurs appels à projets) la recherche scientifique sur la contraception masculine ou la contraception féminine sans hormone.

Si votre enfant a droit à des théories de « genre » à l’école, faites-le nous parvenir. Cette idéologie malsaine et perverse est à combattre avec la plus grande fermeté, ne laissez pas vos enfants se faire endoctriner. Signalez-nous via notre adresse mail, si jamais votre enfant est victime de propagande sur la théorie du genre à l’école.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.