Agression africanophobe et wallonophobe (c’est la même chose) au Pukkelpop !

NO PASARAN ! !

Le weekend dernier, du 18 au 21 août, s’est déroulé le festival de musique moisie (même pas besoin de vérifier) PUKKELPOP.

Ce festival, et les autres d’ailleurs, servent de point de ralliement à tous les adulescents en quête de sensations fortes.. Qui fréquente les festivals ? Les ados et jeunes adultes qui veulent baiser ou se court circuiter le cortex préfrontal à coup de psychotropes, et surtout les branleurs sans emploi qui peuvent se permettre de payer 100 balles la nuit pour dormir par terre dans la pisse et les vieilles capotes imbibées de gonorrhée. Des gens payés par nos taxes à nous qui sommes de garde pour vaporiser les condylomes des anus des HSH qui reviennent justement de ces festivals et dont nous allons parler aujourd’hui.

Tous les ingrédients sont rassemblés pour que les maladies mutent dans les rectums et surtout pour que les zoomers indépendantistes flamands rencontrent le gratin wallon, à savoir au choix tout ce qui est obèse, handicapé, foncé ou sous PrEP.

Notre protagoniste, c’est N. Un jeune électro violoniste au conservatoire de Liège, qui étudie comme une bête afin de rendre service à la société grâce à son violon électrique depuis la République Tchèque, le pays le plus blanc le plus homophobe et le plus armé du continent où il a passé son Erasmus. Toute ressemblance avec votre ami tier- mondiste de gauche qui passe ses vacances en Finlande à baiser des millionnaires albinos est purement fortuite.

Intéressé par la célébrité, il adore se mettre en scène sur internet et n’hésite pas à m’insulter sur Facebook pour avoir des likes (comme ça je peux regarder qui like ses commentaires et les ajouter à ma liste qui me servira prochainement).

:^)

Voici alors le récit de notre aventurier à la barbe crépue.. Notons que son récit, dès le début, semble divergeant.

« On s’est installés jeudi donc la première journée en essayant d’éviter tous les endroits où il y avait des drapeaux flamingants parce que y’en avait plusieurs, on le savait et euh on n’a pas vu en fait quand on a installé nos tentes au dernier moment qu’il y en avait un qui était à côté de nous« 

« On s’est posé justement à côté d’un complexe de tentes où il y avait un drapeau flamingant, par hasard en fait. On a reçu des insultes et des chants anti-wallons pendant toute la nuit. Des gens nous ont insultés en nous disant qu’on ne parlait pas français ici, que c’était seulement le néerlandais, et que pour le reste, il fallait dégager. Pire que ça, on est venu uriner sur notre tente et on a dit à mon meilleur ami : soit vous bougez la tente, soit on vous bougera nous-mêmes à midi« 

Extraits de l’article écrit et de la vidéo de la victime relayés par la rtbf (on avait reconnu la rtbf aux erreurs de participe passé). Dans la version 1 il cherche activement à éviter les drapeaux et dans la version 2 il s’installe au hasard… Etonnant..

Remettons les choses dans leur contexte : N, un phototype 6 avec un prénom hébraïque érige un drapeau LGBT-friendly qui flotte au-dessus de sa tête et va camper au milieu des sales nazis. Il sait qu’ils sont là, il fait tout pour les éviter, mais malgré tout il plante sa tente juste à côté d’un énorme drapeau nazi ! Si seulement les drapeaux avaient été conçus pour être vus de loin…

Voici donc notre ami N au pukkelpop au milieu des Flamands nazis qui l’oppressent et menacent sa vie ! Et lui en réaction fait tout pour éviter d’attirer l’attention. Pour ça il s’habille en rose comme un gros hippie, s’étale du vernis plein les ongles et déroule le drapeau gay dans tous les plans de l’espace pour que le plus de monde possible sache qu’il aime recueillir du sperme assaisonné à la variole du singe dans son anus prolapsé. Evidemment pour faire profil bas ses cheveux sont aussi tricolores, aux couleurs de la Belgique parce que N est nationaliste !

Les Flamands lui font alors savoir qu’ils souhaiteraient qu’ils parle flamand et ensuite pissent sur sa tente par racisme… Ceci veut certainement dire que mon voisin punk à chien cirrhosé est raciste envers moi vu qu’il aime pisser son ascite sur ma porte toutes les semaines en revenant de ses soirées libatoires pendant que moi j’essaye d’étudier la gelévité des matériaux poreux.

Les Flamands sont tellement racistes et la Wallonie est tellement remplacée qu’on ne sait même plus si les Flamands sont anti Wallons ou anti noirs..

N décide alors de changer d’emplacement et de laver sa tente qui sent le pipi (même si ça l’excite). Mais l’histoire ne s’arrête pas là malheureusement.. Alors que notre perroquet violoniste écoute de la musique enroulé dans des arcs-en-ciels qui annoncent le proctologue, il entend à côté de lui le N-WORD ! Il n’est pas certain que ça lui était adressé mais il a clairement beaucoup souffert parce que l’homm.e qui a utilisé le mot n’était qu’un phototype 1. (est-ce raciste envers les phototypes 1 de leur retirer certains droits à cause de leur phototype ?)

Hélas notre petit sapajou multicolore n’était pas au bout de ses surprises.. En effet, un sale Flamand derrière lui a mimé une moustache et la levé le bras ! Un incident diplomatique sans précédent. J’espère que notre héros s’en remettra… Car tous ces méchants flamands sont restés bien plus polis que ses commentaires à mon égard sur facebook.

Une vidéo de la tragédie

Après cette terrible épreuve, terrifié et traumatisé par l’expérience, le petit N rentra chez lui et s’enferma dans le noir, pleura durant de longues heures en réfléchissant à comment il pourrait un jour retourner dans la rue risquer la mort sous les coups terribles des blancs nazis… Non c’est pas vrai en fait il a appelé la télé et il a montré sa tête sur toutes les télés du pays MDR !

En parlant de la télé, j’ai des questions sur la qualité de la rédaction et de la mise en page de la rtbf..

Notre héros victimaire n’est est évidemment pas à son coup d’essai, passé maître dans l’art d’attirer l’attention en pleurnichant et en révélant à toute la planète qu’il est sodomite, il fallait s’attendre à ce qu’il apparaisse à la télévision nationale.

Voici un échantillon de son activité sur facebook, son réseau social de boomer favori :

Il adore les captures d’écrans, exposer les gens pour les salir en public, sans jamais cacher leur identité, son profil facebook est rempli de plaintes et d’affichage de gens qu’il ne connaît même pas.

Notons aussi qu’il estime qu’il FAUT absolument éduquer toute la population à l’homosexualité parce que les gays ont une vie de merde en Belgique. C’est pas comme s’ils avaient affiché leur drapeau sur tous les bâtiments administratifs du pays pendant deux mois… C’est pas comme si les politiciens et le roi étaient de la partie… Et aussi, les gens forts en mathématiques auront noté que notre hérisson décoloré est en réalité homosexuel depuis qu’il a 11 ans, une situation tout à fait normale dans le développement de tout petit garçon..

Quelques images de N en train de faire profil bas pour ne pas être persécuté à cause de sa sexualité.. Il dispose même du privilège mélanique qui lui permet de monter sur scène au Rock Werchter contrairement à vous ! C’est bizarre quand on remet les choses dans leur contexte, moi je subis déjà des agressions quand je dis que je préfère les femmes minces. C’est vrai quoi, imaginez qu’on fasse un drapeau hétéro anti grosse, que se passerait-il si on s’en habillait comme d’un poncho et qu’on paradait dans Bruxelles en bloquant la circulation ?

Bon allez un dernier pour la route. On attend les statistiques de notre héros N, combien de noirs se font péter la tête tous les jours parce qu’ils n’offrent pas la taxe clope à Ismaël et ses rouflaquettes de prépubère, ou combien de Somaliens ont été kalashés au bataclan, ou combien de Soudanais ont été décapités par des Tchéthènes après un cours sur la laïcité, ou combien de prêtes rwandais ont été égorgés par un gentil migrant..

Concernant ces statistiques terribles qui prouvent que les noirs se font massacrer et génocider tous les jours dans la rue par des étudiants blancs de HEC, vous pouvez toujours lire la France orange mécanique et surtout la France interdite de Laurent Obertone.

Sources : RTBF, DH

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.