2600 professionnels de la santé s’opposent lourdement à l’extension de la loi belge sur l’avortement

Outre le passage du délai légal pour avortement de 12 à 18 semaines (soit 4,5 mois, donc proche du seuil de viabilité), cette proposition de loi actuellement en discussion prévoit la diminution du délai de réflexion obligatoire de 6 à 2 jours, mais aussi de désigner l’IVG comme simple acte médical. Enfin, elle inscrit dans le texte la pénalisation du « délit d’entrave » étendu à toute pression, même celle du propre père de l’enfant.

Plus de 2600 professionnels de santé ont marqué leur franche opposition à cette proposition de loi à travers une pétition ayant recueillie un total de 11230 signatures.

Ils s’en expliquent dans une tribune publiée dans La Libre Belgique du 1er juillet 2020.

SOURCES La tribune de La Libre BelgiqueInstitut Européen de BioéthiqueLa pétition en question

2 réflexions sur “2600 professionnels de la santé s’opposent lourdement à l’extension de la loi belge sur l’avortement

  • 03/07/2020 à 21:02
    Permalien

    Puissent-ils gagner contre cette bande de gauchistes sans foi ni loi tout juste bonne à discutailler à propos de l’avortement alors que le pays est à l’agonie!

    Répondre
  • 06/07/2020 à 19:42
    Permalien

    Cette proposition est proprement scandaleuse comme tout échographiste le sait . Elle vise à l’extermination de la race blanche déjà in utero

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.